www.econews.cd

Ils ont été trois samedi autour du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, pour peaufiner les stratégies en vue de la matérialisation de l’«Union sacrée de la nation». Moîse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, arrivés samedi à Kinshasa dans le même jet privé, ainsi que Jean-Marc Kabund, président a.i du parti présidentiel, l’UDPS, ont eu trois heures d’aparté avec le Président de la République. Qu’est-ce qu’ils se sont dits ? En tout cas, personne ne le sait encore. Néanmoins, des indiscrétions glanées en haut lieu de la Présidence de la République prouvent à suffisance que l’ «Union sacrée de la nation» se met déjà en place.

Félix Tshisekedi a constitué sa ligne de front. Katumbi, Bemba et Kabund sont au cœur de l’action, sans oublier Modeste Bahati, l’un de tout premiers leaders politiques, à apporter son soutien au chef de l’Etat.

Ils n’auront passé finalement que 24 heures à Kinshasa. Il s’agit de Jean-Pierre Bemba Gombo, chairman du MLC (Mouvement de libération du Congo) et de Moïse Katumbi Chapwe, leader d’Ensemble pour la République.

Arrivés samedi matin à Kinshasa par un jet privé, les deux personnalités ont été, dans la soirée, les hôtes de marque du Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo. Ce qu’ils se sont dits reste un secret bien gardé.

On sait néanmoins dans l’aparté de près de 3 heures qu’ils sont eu avec le chef de l’Etat, Jean-Marc Kabund, président intérim de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), a été associé aux discussions. Ce qui explique tout.

Certes, personne n’a voulu se confier à la presse au terme de cette réunion, toujours est-il que Katumbi et Bemba ont fait le déplacement de Kinshasa sur l’invitation expresse du Président de la République.

Les deux invités du Président de la République n’ont pas voulu s’exprimer devant la presse à l’issue de leur entrevue, mais l’on croit savoir qu’ils ont évoqué les grandes questions politiques de l’heure, notamment la matérialisation de l’« Union sacrée de la Nation » dont ils sont d’ailleurs partie prenante.

Le quadrillage

Avec cette réunion du samedi 26 décembre, c’est l’«Union sacrée de la nation» qui prend de plus en plus de la forme. On sait dire, sans risque de se tromper, que le chef de l’Etat a choisi ses cartes. Ceux-là qui vont constituer sa ligne de front. Dans l’Est, il va s’appuyer sur Moïse Katumbi pour s’occuper du Grand Katanga. Il pourra aussi compter sur l’appui indéfectible de Modeste Bahati Lukwebo, autorité morale de l’AFDC-A, pour quadriller la partie Est de la RDC.

Dans la partie de l’Ouest, c’est vers le MLC Jean-Pierre Bemba que s’est rabattu le chef de l’Etat.
Quant au Centre, dans l’espace Grand Kasaï, Félix Tshisekedi se pose en leader indétrônable.

Dans le nouveau format de l’«Union sacrée de la nation», Jean-Marc Kabund aura un rôle à jouer. Président de l’Udps, le parti présidentiel, il devra se charger de la mobilisation pour amener le peuple à adhérer à la vision de l’Union. Ce n’est pas pour rien qu’il a été associé à la réunion stratégique du samedi 26 décembre 2020.

C’est dire que le schéma de l’«Union sacrée de la nation» est irréversible. Pour une bonne raison d’ailleurs. Car, dans la soirée du samedi, députés et sénateurs – certains transfuges du FCC de Joseph Kabila – sont allés à la rencontre de Félix Tshisekedi pour confirmer leur adhésion.

Des sources présidentielles rapportent que Jean-Marc Kabund, artisan principal du processus de renouvellement du bureau de la chambre basse du Parlement, a réussi à fédérer autour du chef de l’Etat plus de 300 députés nationaux qui ont démontré leur appartenance à l’ «Union sacrée de la nation».

Evidemment, à ce stade, on est encore dans les simulations. Sauf imprévu, c’est le 5 janvier 2021 que l’Assemblée nationale se réunit en session extraordinaire. Deux points sont inscrits à l’ordre du jour, à savoir l’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale et une probable motion de défiance contre le Premier ministre. C’est alors qu’on saura si le chef de l’Etat a pu réellement réussi à faire passer son appel à l’ «Union sacrée de la nation».

Econews