www.econews.cd
 

Georges KAPIAMBA, Président National de l'ACAJ

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,

La décision de mettre fin à la coalition FCC-CACH, prise par votre Haute Autorité, offre des nouvelles opportunités à la classe congolaise de se remettre en question aux fins d’offrir au peuple une gouve-rnance exclusivement consacrée à la satisfaction de ses besoins essentiels.
Tout en soutenant l’engouement et le ralliement d’une part importante d’acteurs politiques et sociaux majeurs de la société congolaise au projet de mise en place d’une Union sacrée de la Nation, nous voudrions cependant attirer respectueusement votre attention sur le risque dont pourrait être porteuse une adhésion massive et incontrôlée à l’Union Sacrée de la Nation.
En effet, si on n’y prend garde les contradictions et vulnérabilités relevées au sein de la défunte coalition FCC-CACH risqueraient de réapparaitre sous des formes spécieuses.
C’est pourquoi, il est hautement recommandé que l’Union sacrée de la Nation se prémunisse notamment contre les adhésions qui auraient pour motivation cachée de brider l’élan patriotique consubstantiel au projet de société voulu par votre Excellence. Car, il n’est pas à exclure que certains ralliés soient des «mercenaires intellectuels et politiques » délibérément recrutés et envoyés dans l’arène de l’Union Sacrée de la Nation en vue de torpiller de l’intérieur les meilleures intentions lui créditées.
C’est pourquoi, en vue de conformer le choix des membres du Gouvernement, ainsi que des mandataires des Entreprises et organismes publics, non seulement aux prescrits de la Constitution, mais également aux défis à relever, nous avons l’honneur de soumettre à votre Haute Autorité une démarche qui nous semble pertinente et en mesure de déboucher sur une mise en place en phase avec les attentes de la population, principale bénéficiaire d’un management optimal de toutes les institutions publiques.

Excellence M. le Président de la République, chef de l’Etat,
En vue de garantir un processus objectif et efficient, nous proposons la création ainsi que la mise en place, sous votre Haute Autorité, d’une structure ponctuelle et indépendante qui aura pour tâche spécifique la réception et l’étude des candidatures proposés aux différents postes par les entités membres de l’Union sacrée pour la Nation.
Les membres de la structure ainsi créée ne devraient pas faire acte de candidatures proposées aux différents postes par les entités membres de l’Union sacré pour la nation.
Les membres de la structure ainsi créée ne devraient pas faire acte de candidature à aucun des postes en jeu.
Les tâches dévolues à ladite structure ponctuelle pourraient ainsi être articulées :
(i) Recevoir les différentes candidatures et en assurer un traitement rigoureux en regard des critères de moralité, compétence, civisme fiscal, expérience de gestion aux postes de gestion et/ou de commandement d’au moins trois (3) ans ;
(ii) Les candidatures de la société civile et des indépendants relèvent du pouvoir discrétionnaire du Président de la République. Il lui appartient d’apprécier l’opportunité d’y associer ou non les forces politiques et sociales substantielles de l’Union sacrée de la Nation ;
(iii) Communication des résultats de la présélection aux services d’intelligence pour des enquêtes d’usage relativement aux candidatures présélectionnées ;
(iv) Réception des avis des services d’intelligence, mise à jour sous forme de propositions de nomination et transmission du rapport final au Président de la République en vue d’un arbitrage dicté par sa vision du profil exigé pour chaque poste.
Pour tous les postes à pourvoir, les prétendants doivent impérativement avoir une connaissance suffisante du Ministère ou de l’institution convoitée, soit pour y avoir presté directement, soit pour avoir évolué dans un secteur d’activités nationales ayant un lien objectif et direct avec le poste brigué.
Pour ce qui concerne particulièrement les Entreprises et Etablissements publics, un dosage savant devrait être réalisé entre les «fils-maison» et d’autres, sans oublier la prise en compte de l’équilibre régional.

Excellence M. le Président de la République,
L’alternance politique doit revêtir un sens, à savoir l’engagement qu’aucun individu ou groupe d’individus quels qu’ils soient ne peuvent s’affranchir du respect de la Constitution.
La nomination du nouveau Gouvernement et la mise en place attendue au sein des entreprises et organismes publics constitue le trou de la serrure à travers lequel les congolais vont scruter votre volonté de matérialiser, à travers l’Union sacrée pour la Nation, le testament politique d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire, résumé dans le slogan «Le peuple d’abord».
En conséquence, il vous revient la responsabilité historique de démontrer que l’Union sacrée de la Nation, née sur les cendres funestes de la coalition FCC-CACH, ne consiste pas en une simple circulation d’élites politiques qui masque la volonté de la classe politique de faire perdurer le statu quo tant dénoncé et condamné par la majorité des congolais à l’issue des consultations nationales initiées par votre excellence.
En vous réitérant notre adhésion aux idéaux véhiculés par l’Union Sacrée de la Nation, ainsi que notre totale disponibilité pour un dialogue citoyen, constructif et bénéfique pour le peuple congolais, nous vous prions d’agréer, excellence Monsieur le Président de la République, chef de l’Etat, l’expression de nos hommages les plus déférents.

Me Georges Kapiamba
Président National d’ACAJ